Éditions D'Orbestier

La lettre d'information

OPA sur le Vendée Globe

Par Alain Bach

opa-cover-relief-petit1En pleine actualité.

Quand l’aventure humaine de la voile rejoint les appétits meurtriers d’une multinationale sans pitié.

LE LIVRE

Le Vendée Globe est une des plus grandes courses du monde à la voile en solo et sans assistance. Tousles 4 ans les concurrents s’élancent pour ce challenge unique portant les couleurs souvent prestigieu-ses de ceux qui financent leurs monstres de course. Épreuve d’endurance et de courage mais aussienjeux importants entre les sponsors pour remporter la victoire médiatique.Dans «OPA sur le Vendée Globe», Alain Bach nous fait partager le combat héroïque d’une skippeuresablaise dont la course autour du monde en solitaire devient, progressivement, l’enjeu de luttes impla-cables et violentes entre une multinationale de la haute finance prête à tous les coups bas pour arriverà ses fins et s’assurer le contrôle d’une entreprise concurrente.Une aventure humaine magnifiquement documentée dans le monde rude de la haute compétition enmer et dans celui des requins de la haute finance internationale. En pleine actualité!

L’AUTEUR

Alain BACH vit en Vendée, aux Sables d’Olonne. S’il écrit depuis plus de quinze ans, sa passion pour l’écri-ture romanesque n’est apparue qu’en 2001 avec un premier roman publié aux éditions d’Orbestier: «l’Orde Brocéliande» qui fut distingué par deux prix littéraires.Alain BACH dirige, dans l’Ouest, des enquêtes publiques auprès des collectivités territoriales dans lesdomaines de l’environnement ou de l’aménagement foncier. Son métier l’amène à côtoyer tous les milieuxet constitue sa principale source d’inspiration.

RENCONTRE AVEC L’AUTEUR ALAIN BACH

Avec « OPA sur le Vendée Globe », Alain Bach signe le troisième volet d’une trilogie romanesque dont les héros sont tous originaires des Sables d’Olonne.

Dans « L’Or de Brocéliande » (éditions d’Orbestier), il nous fait partager le désarroi, pendant les guerres de Vendée, d’un officier républicain né à la Chaume.

Dans le « Voyage à Seelow » (éditions Séguier Atlantica), il nous entraîne dans un voyage énigmatique en compagnie d’un sablais qui, au moment de prendre sa retraite, découvre par hasard que son vrai père était un soldat allemand de passage aux Sables d’Olonne en 1944.

Dans « OPA sur le Vendée Globe », il nous fait partager le combat héroïque d’une skippeure sablaise dont la course autour du monde devient, progressivement, l’enjeu de luttes implacables entre des multinationales de la haute finance.

Le titre de votre roman, OPA sur le Vendée Globe, fait penser à une double thématique, toutes les deux en pleine actualité, l’une en mer et l’autre à la bourse !

Oui, c’était bien ce que je souhaitais ! L’actualité fait partie de notre univers quotidien. Pourquoi pas raconter une histoire qui pourrait se dérouler maintenant, aujourd’hui sous notre nez ? Il y a deux ans, lorsque l’idée m’en est venue, je venais de lire un article de presse sur l’un des futurs concurrents du Vendée Globe qui lançait en grande pompe médiatique la construction de son bateau dans un chantier naval très connu. Simultanément, on nous abreuvait déjà de commentaires multiples sur la bulle financière internationale dont chacun s’accordait déjà à penser qu’elle finirait bien par crever un jour. Je me suis alors demandé si une rencontre entre le milieu de la course au large et celui de la finance ne recelait pas quelques ressorts dramatiques efficaces, spécialement dans le cas où l’un des sponsors lance une offre publique d’achat, en pleine course et en pleine crise, contre un autre sponsor. Vous imaginez la gesticulation médiatique qui s’ensuivrait ?

Ce récit, c’est aussi, peut-être même surtout, l’aventure d’une femme hors du commun.

L’héroïne est une femme, une skippeure professionnelle courageuse, mais qui part avec un handicap certain, tant sur les plans psychologique que technique. Mais sa détermination est telle que, finalement, elle va brouiller les cartes de la communication institutionnelle des grandes firmes. Or, vous le savez, la seule façon aujourd’hui de réussir c’est, non seulement disposer de bons atouts, mais surtout gagner la bataille de la communication. Un retournement surprenant de situation est donc à craindre au cours du récit : mon héroïne n’est pas souvent là où on l’attend ! Je pense même qu’elle est plutôt une anti-héroïne !

Quel est l’aspect qui vous a semblé le plus difficile à traiter lors de l’écriture du roman ?

Les univers de la voile professionnel et de la haute finance sont des univers peu accessibles, de très haute technicité avec, pour chacun, un vocabulaire spécialisé abscons pour le vulgum pecus. Il m’a fallu d’abord apprendre, comprendre ensuite, puis traduire pour mes lecteurs. Entre la météo, le bateau, l’électronique, les télécommunications, la diététique, les maths statistiques, les pratiques des traders, la réglementation des marchés financiers, les méthodes utilisées pour le rachat des entreprises, etc, il m’a fallu simplifier, vulgariser, sous peine d’ennuyer des lecteurs dont le but principal est de se distraire.

De qui vous êtes-vous inspiré pour dresser le portrait de vos skippeurs ?

Quoique je ne pense pas manquer d’imagination, je reconnais qu’il n’est pas toujours simple de créer un personnage de roman sans s’inspirer d’un ou plusieurs personnages de la vraie vie. Dans le cas présent, j’ai fait appel, comme je le fais toujours, à la multitude des souvenirs de personnes que j’ai rencontrées dans ma vie. Et puis, je suis comme les dessinateurs : j’ai un petit carnet sur moi, en permanence. Lorsque je rencontre quelqu’un de singulier, je le croque en quelques lignes que j’enrichis en rentrant chez moi et le range dans mes archives en attendant de le convoquer un jour pour mes besoins romanesques du moment.

LIRE LE DEBUT DU LIVRE POUR SE FAIRE UNE IDEE

opa-bonnes-pages1

A DECOUVRIR OU A COMMANDER CHEZ VOTRE LIBRAIRE PREFERE


2 commentaires sur “OPA sur le Vendée Globe

  1. Pingback: Éditeurs, diffuseurs, libraires indépendants, quel avenir ? « Le livre, crise ou pas crise ?

  2. Galway
    28 juillet 2012

    Excellent bouquin. Je l’ai avalé en 24 h.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :